logo seis

Croisière & Orbite

Un voyage de six mois pour atteindre Mars

Orbite suivie par la sonde InSight entre la Terre et Mars (© NASA)Orbite suivie par la sonde InSight entre la Terre et Mars (© NASA)

Après son lancement, InSight va effectuer un voyage de six mois et demi dans l'espace interplanétaire avant d'atteindre son objectif, la planète rouge. La trajectoire que va suivre la sonde est un arc de cercle, dont l'une des extrémités touche la Terre, tandis que l'autre atteint Mars. Cette orbite de transfert est dite de type I, car elle décrit autour du soleil un parcours qui reste inférieur à 180°, d'où une durée de transit relativement faible.

La sonde InSight en configuration de croisière (© NASA)La sonde InSight en configuration de croisière (© NASA)Contrairement à ce que l'on pourrait penser, la fusée utilisée pour InSight n'est pas pointée directement vers Mars, bien au contraire. Les règles de protection planétaire, qui stipulent que dans l'exploration martienne, tout doit être fait pour éviter de contaminer la planète rouge avec des germes terrestres, ont ici une conséquence étonnante. Les engins robotiques martiens sont effectivement lancés de manière à rater leur cible, ceci pour empêcher l'étage supérieur du lanceur, qui suit les sondes sur leur lancée, de s'écraser sur Mars.

InSight n'étant pas tiré précisément en direction de Mars, des manoeuvres de correction de trajectoire sont programmées tout au long de son voyage pour éliminer la dérive placée volontairement au départ, et ramener la sonde sur le droit chemin.

Baptisés TCM, ces manoeuvres sont au nombre de six. La première a lieu assez tôt après le lancement, et enlève le plus gros de la déviation, tout en corrigeant les éventuelles erreurs d'injection, tandis que la seconde a lieu à mi parcours. Toutes les autres manoeuvres de correction de trajectoire prennent place durant la phase d'approche, qui débute 60 jours avant l'atterrissage. Leur rôle est d'ajuster très finement la trajectoire d'InSight pour lui permettre de rentrer dans l'atmosphère martienne avec la précision voulue. L'angle d'attaque du cône d'entrée n'est en effet que de - 12,5°. Si la sonde pénètre l'atmosphère avec un angle inférieur, elle rebondira sur cette dernière pour se perdre dans l'espace, tandis que si elle aborde Mars avec un angle plus fort, les forces de friction seront telles que l'atterrisseur sera calciné. Le maximum de précision est également nécessaire pour pouvoir se poser exactement ou presque sur le site prévu pour l'atterrissage, la plaine équatoriale d'Elysium.

Si l'on met de côté les manoeuvres de correction de trajectoire, indispensables pour délivrer la sonde à son point d'entrée dans le système martien, la phase de croisière est une période assez calme de la mission.

L'étage de croisière d'InSight en vol (© NASA)L'étage de croisière d'InSight en vol (© NASA).

Les instruments, ainsi que les différents sous-systèmes de la sonde, sont vérifiés à de multiples reprises par les ingénieurs, tandis que les navigateurs interplanétaires surveillent la trajectoire. Durant la phase de croisière, seuls les sismomètres SP horizontaux pourront fonctionner et être testés. Les capteurs VBB et le capteur SP vertical seront eux saturés en raison d'absence de pesanteur.

Sur Terre, alors qu'InSight navigue dans l'obscurité de l'espace, les différentes équipes continuent d'oeuvrer d'arrache pied pour assurer le succès de la mission, et préparer l'atterrissage ainsi que les mesures scientifiques, qui seront effectuées une fois l'engin posé sain et sauf sur le sol de Mars.

Dernière mise à jour : 26 février 2018

logo IPGP bottom
 

Realized by IPGP

Contact : P. Labrot

 

 NASA JPL - Oxford University - Imperial College London - CNES - ISAE - MPS - IPGP - ETH